Tournois de Pâques : depuis 1981, Aussonne joue la carte « jeunes »

Pâques arrive, avec sa période traditionnelle des tournois… et l’angoisse des organisateurs qui ont œuvré, tant administrativement que sportivement, pendant plusieurs mois à la mise en place de ce rassemblement.

L’angoisse, un sentiment bien connu pour tous les organisateurs de tournoi…

La peur d’abord du mauvais temps qui peut en anéantir le bon déroulement, voire ébranler l’investissement financier. Car qui dit pluie ou froid dit affluence moindre, buvette peu fréquentée, les sandwiches qui prennent l’eau, tout le monde qui reste aux abris, les maillots sont boueux, le terrain aussi, ce qui peut entraîner des blessures, des incidents, les photos moins lumineuses même si la joie des petits et grands se lit sur leur visage.

Alors, que le soleil n’oublie pas de briller pendant ces rassemblements, pour que ces journées s’inscrivent dans la chaleur des rayons et que le travail souvent d’une année de tous les bénévoles soit récompensé à la hauteur de leur investissement. 

Nous sommes allés à la rencontre du club d’AUSSONNE, l’Etoile Aussonnaise (Haute-Garonne), qui organise son tournoi international pour les catégories des U6 aux U17 les 31 mars et 1er avril 2018.

– Président Dominique Bru, bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre club ?

Il est surtout important de présenter l’Etoile Aussonnaise Football. Le club compte aujourd’hui 450 licenciés (es) et il ne cesse de grandir. Nous avons 23 équipes engagées dans divers championnats. Des U6 aux U19, nous sommes en entente avec Seilh. Nous comptons aussi une section féminine avec des équipes de jeunes et des seniors.

Je suis président depuis 1992. Et depuis mon arrivée, j’ai toujours œuvré pour faire grandir le club. Certes notre vitrine reste notre équipe seniors qui participe au championnat de Régional 1 mais ma fierté est d’être à la tête d’un club bien structuré qui vit bien avec des équipes de jeunes qui progressent. Nous avons réussi à garder un esprit familial et convivial. Ce sont des aspects qu’apprécient les joueurs et joueuses qui viennent ou restent chez nous.

– Pourquoi ce choix d’un tournoi de jeunes ?

Notre club attache beaucoup d’importance à ses équipes de jeunes. Fédérer toutes ces équipes lors d’une manifestation a été un choix qui s’est imposé naturellement. Aujourd’hui, c’est devenu un évènement incontournable. Il ne faut pas cacher non plus que les bénéfices de ce tournoi permettent d’alimenter en partie le budget du club.

– Depuis quand votre tournoi existe-t-il ? 

 Le 1er tournoi a été organisé en 1981. Nous étions une poignée de bénévoles à l’époque et nous étions loin de nous douter que ce tournoi prendrait au fil des ans une telle ampleur.

– Quels sont vos moyens humain et financier ?

 Malgré la difficulté croissante de trouver des bénévoles, les moyens humains restent extraordinaires. Certains sont là depuis le début ! Une centaine de personnes se mobilise à des degrés divers pour faire de cette manifestation une totale réussite. Nous n’avons aucun moyen financier supplémentaire pour le tournoi. Seuls les liens forts que nous avons tissé au fil des ans avec des partenaires qui nous apportent leur aide nous permettent de mettre en place une telle organisation. Recevoir 1200 jeunes nécessite quand même une sacrée logistique.

– Comment invitez-vous vos équipes ?  

Ça, je ne m’en mêle pas trop. C’est le rôle de notre responsable du plateau sportif du tournoi qui envoie les invitations, contacte les clubs. Tous les ans, il essaie d’en faire venir de nouveaux. Notre fierté est aussi d’avoir des clubs qui souhaitent revenir chaque année. Ça démontre que notre tournoi est très apprécié par ceux qui y participent.

Par contre, comme nous n’avons pas de moyens financiers dédiés au tournoi, tous les clubs doivent payer pour leur participation. Ça limite la participation de clubs huppés qui souhaiteraient venir tous frais payés mais ce n’est pas notre but. Notre credo est que si les petits paient, les gros doivent le faire aussi.

– Combien avez-vous d’équipes étrangères ? En avez-vous refusé ? 

Nous aurons cinq équipes étrangères venues d’Espagne, d’Algérie mais aussi une équipe de Madagascar qui viendra pour la quatrième fois.

Pour ces clubs venus de très loin, le voyage représente déjà un investissement important. Accueillir ces équipes demande aussi une organisation spécifique.

– Après tant d’années d’organisation, avez-vous toujours des peurs ?

 Nous avons suffisamment d’expérience pour encore avoir des peurs. Mais nous avons toujours des craintes notamment liées à une mauvaise météo, à un club qui viendrait sans adhérer à nos règles de convivialité, de respect et de fair-play. 

– Que redoutez-vous le plus ? 

Le pire ennemi pour un tournoi reste une mauvaise météo. Pour tout le reste, nous savons gérer.

 

 

 

Par Alexandra Salendres

Articles les plus lus dans cette catégorie